• french
  • english
  • spain
  • dutch
  • german
  • italy
  • cameroun
  • catalan
doc_logo

Coup de gueule contre les revendeurs d’objets publicitaires français

  • authorDoc Logo
  • dateven 26 Juin 09
  • comments0

coup-de-gueule1A ce que me dit mon psy, je devrais me lâcher plus souvent… c’est bon pour la santé mentale parait-il ! Donc, voilà : un petit coup de gueule de la part d’un fabriquant contre les revendeurs d’objets publicitaires qui cherchent à vous vendre des moutons à 5 pattes et des tour Eiffel en 3 jours !

Pour le fabriquant ou l’importateur, le revendeur d’objets pub est souvent source de forte irritation, voir souvent de névrose lourde ! D’une part par sa méconnaissance parfois complète des contraintes de fabrication, de part son manque de précision dans des demandes floues mais surtout via sa capacité à vendre ce qui n’existe pas !

  • La demande de prix

Par définition, la demande de prix du revendeur français est toujours urgente et absolument pas précise. J’ai longtemps travaillé avec les revendeurs de l’Europe entière et celà me donne le droit, non de les juger mais en tous cas de les comparer. Là ou l’allemand ou l’anglais vont être net et précis sur leurs besoins et ceux de leurs clients, les français vous présentent une demande qui a souvent plus l’air d’une devinette : Il manque presque toujours des informations cruciales comme la quantité, le nombre de couleurs d’impression ou les dimensions. De surcroît, lorsque vous appelez le revendeur pour obtenir des précisions sur une cotation importante, vous vous rendez compte qu’il ne sais même pas pour quel type d’évènement ou opération son client souhaite utiliser l’article en question.

Si par hasard et bien plus souvent par chance vous avez enfin obtenu les renseignements nécessaires et envoyé le devis, apellez donc une semaine plus tard pour demander ce que son client pense du devis : La plupart du temps, il n’en saura rien car ayant égaré le papier ou pas même pris le soin de s’assurer du retour de son client !

  • La commande

Enfin ! C’est le grand moment : Le revendeur vous envoie sa commande. S’il s’agit d’un partenaire avec qui vous travaillez régulièrement, tout va bien.. mais s’il s’agit d’une première commande, il va vous expliquer qu’en plus de son fournisseur, il voudrait vous élire comme son banquier occasionnel et ainsi, vous régler à 30 jours, ce qui voudra dire qu’il ne payera qu’après 60 jours de toute évidence !

  • Le fichier pour l’impression

Le revendeur aura pris soins de vous envoyer un micro fichier .jpg, récupéré sur le site internet de son client, avec lequel il vous demandera de faire une impression parfaite. Parcequ’évidement, malgré ses X années de métier, il ignore toujours qu’il faut fournir un fichier de qualité pour obtenir une impression du même ordre !

  • Le bon à tirer

Après différentes explications, imaginons que vous obteniez enfin un fichier acceptable. Dans ce cas, vous adressez le « bon à tirer » au revendeur. Une fois sur deux il y aura des modifications ou ajouts importants, simplement parce que ce « professionnel » n’aura pas bien pris note de l’éventail complet des besoins de son client !

  • L’expédition et la livraison

C’est ma partie préférée : En admettant que le revendeur francais vous ait fourni une adresse de livraison complète, vous allez expédier les marchandises… CHEZ LUI! ! Etrange ? Pas tant que celà, sachant que sur le marché français, personne ne fait confiance à personne ! Ainsi, il ne faut surtout pas que le fabriquant connaîsse l’adresse du client final sinon il va forcément le voler à son revendeur ! Voilà là un bel exemple de temps et l’argent perdu puisque il va falloir que le revendeur réexpédie les marchandises vers son client, quand il le pourra ! Il est triste de voir qu’au contraire d’autres pays ou une relation de confiance entre le revendeur et le client final ainsi qu’un contrat entre le premier et son fabriquant assure fidélité et régularité, en France, on privilégie de perdre un temps précieux ! Par expérience, je sais que les revendeurs Allemands font toujours livrer les marchandises directement chez leurs client… Voilà peut-être un modèle à suivre !

Lire aussi :
A quoi sert un revendeur d’objets publicitaires ? ( Gentil )
Comment foutre en l’air une commande d’objets Pubs! (humor)
Que serait un monde sans objets publicitaires ! (1/5) (Fiction)

pen

Ajouter un commentaire


connectez-vous pour ajouter un commentaire : LOGIN